Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
plaisir-jardin.com

plaisir-jardin.com

Menu
Le jardin Salomon

Le jardin Salomon

Lors d'un déplacement professionnel mercredi en Seine et Marne (77) je suis passé par Thomery près de Fontainebleau.

Charmant petit village dans un des méandres de la Seine aux maisons en pierre ... je cherche après une boulangerie pour une pause casse-croute et je vois ... une jolie serre ancienne ...

Tiens elle a l'air d'être dans un jardin public ... on rentre ?

Et la jolie surprise, de superbes serres anciennes restaurées adossées à des vieux murs de pierre ou simplement isolées ...

Serre adossée de la din du 19eme restaurée en 1994

Serre adossée de la din du 19eme restaurée en 1994

Le jardin SalomonLe jardin Salomon

Ce qui surprend surtout, c'est l'alignement de ces beaux murs de pierres blanches parallèles à distance régulière. Pas de doute, il y a un passé horticole la dessous.

Le jardin Salomon
Le jardin SalomonLe jardin Salomon

Heureusement un (discret) panneau nous explique ces vestiges d'une passionnante histoire horticole de la culture du raisin de table dans notre pays.

Laissez moi vous l'énumérer ...

Ces jardins ont été, jusque dans les années 1960, le coeur des Etablissements Salomon, producteur de fruits (chasselas et pêches de luxe) et pépinièristes (leur catalogue proposait 3000 variétés de vignes).
C'est ici que Rose Charmeux a construit les premières serres de forçage en 1861: en "forçant" la vigne en serres chauffées, il pouvait produire du raisin frais toute l'année. En 1879, il a vendu son exploitation à Etienne Salomon.
Au début du 20° siècle, face à la concurrence des raisins étrangers, Etienne Salomon a abandonné le forçage et a reconverti les serres en "serres d'expérimentation" pour les plants greffés (résistants au phylloxéra). Il y a aussi produit des arbres fruitiers en pot "pour service de table" (cerisiers, pêchers, vigne).
Trois serres ont été conservées et restaurées: deux serres adossées et une serre à deux versants dite "hollandaise". Dans la première serre, les tuyaux de chauffage sont encore visibles.

Texte du panneau

Passionnant n'est ce pas ?

Le raisin est bien greffé à l'histoire de Thomery où la vigne pousse depuis 1730 le long des murs exposés idéalement à la chaleur solaire.

Je nuancerai les propos du panneau pour la production toute l'année car même avec des techniques de chauffage, la vigne ne peut donner qu'une fois par an mais c'est plutôt d'une technique de conservation dans les étales des serres qui permettent d'approvisionner Paris toute l'année.

Jusqu’au milieu du XIXème siècle, le chasselas est conservé dans des fruitiers ou chambres à raisin que les cultivateurs ont généralement aménagées à l’étage de leur maison.

La méthode est ancestrale : les grappes sont déposées sur de grandes claies plates dont le fond est recouvert de fougère. La conservation permet d’étaler la vente du chasselas pendant les mois qui suivent la cueillette. Mais le raisin est un fruit fragile qui se conserve peu. Pour pouvoir garder un chasselas frais, un procédé révolutionnaire de conservation va être inventé en 1848 par M. Larpenteur, "à rafle fraîche" ou "rafle verte".

Ce nouveau procédé va permettre de conserver le chasselas d’octobre à avril ; c'est un progrès extraordinaire qui va donner, pour des décennies, une impulsion décisive à l’économie locale.

Rose Charmeux et Georges Valleaux font fabriquer des appareils en zinc qu’ils fixent aux murs de leurs fruitiers. Ce sont des tubes longs de un mètre munis de 24 petits goulots par lesquels on verse de l’eau et on introduit les sarments ; ces derniers sont inclinés de sorte que la grappe pende librement en avant du tube. Cette nouvelle technique de conservation est aussitôt adoptée par les viticulteurs de Thomery.

Mais ces appareils sont fragiles. En 1865 M. Charmeux leur substitue des petites bouteilles en verre. Ces petites fioles son maintenues dans des supports en bois, percés de trous et fixés le long des murs des fruitiers. Ce procédé sera breveté en 1877.

Site internet de la mairie

Thomery connut dans ses heures de gloires 300km de mur de pierre pour 800 tonnes de raison s'exportant jusqu'en Russie.

Aujourd'hui on retrouve quelques murs vestiges dans le village mais aussi dans ce parc à côté de l'église. Et quelques pieds de Chasselas dorés hissent leurs sarments pour rendre honneur au faste d'antan.

Le jardin Salomon
Le jardin Salomon

Dernière belle surprise, les nouveaux bâtiments communaux (école et salle de sports) ont respecté ce patrimoine en conservant les murs, marquant au sol l'ancienne serre.

La cour de l'école.La cour de l'école.

La cour de l'école.

Jolie intégration dans le paysage de la salle de sports avec cette fausse serre adossée

Jolie intégration dans le paysage de la salle de sports avec cette fausse serre adossée

Retrouvez les autres visites de jardin en cliquant ci dessous: