Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
plaisir-jardin.com

plaisir-jardin.com

Menu
La permaculture dans un carré potager.

La permaculture dans un carré potager.

La permaculture dans un carré potager.

Sentez vous les rayons de ce beau soleil caresser votre épiderme, réchauffer vos envies de jardin, de profiter de spectacles pétalés mais aussi de saveurs potagères ? … et oui le printemps revient !
Nous avions parlé l’année dernière sur la rotation de culture des carrés potager, vous vous souvenez ? C’était ici :
 

J’espère que vos récoltes vous ont apporté plaisirs gustatifs et fiertés d’un chef-jardinier en herbe.

Cette année, je vous propose une nouvelle variante : la permaculture dans mon carré potager.

La permaculture en quelques mots, c’est quoi et pourquoi ?


Ce mot revient souvent et fait les grands titres de la presse horticole ainsi que les best-sellers des ouvrages jardinesques mais ce mot tendance est parfois utilisé à toutes les sauces en perdant souvent son âme voire ses principes de bases.
Sans rentrer dans un long discours ni énoncer les innombrables nuances propres à chaque jardin et biotope … la permaculture pourrait se résumer à :

-    Rien ne se perd, rien ne se crée tout se transforme    (Lavoisier)
-    Respecte la terre, apprend d’elle, suit la, c’est elle qui te donne le rythme et tes récoltes (de Dada le jardinier).


Le principe consiste donc à observer son jardin, lui apporter le moins d’actions néfaste à son équilibre. Plus qu’une suite de dogmes, il s’agit de bon sens et d’une façon de repenser le jardin en plaçant chaque élément à sa place. 
Ce n’est pas une méthode rigoureuse, contraignante et fastidieuse … mais une suite d’observations, de recyclage perpétuel, d’équilibre naturel, de limiter ses actions et ses apports d’intrants au strict minimum.

L’équilibre est plus facile dans un grand potager que dans un espace restreint mais si on peut apporter un écosystème dans un mini-monde comme les verreries aux mini-plantes d’intérieur … alors … tentons l’aventure du carré potager en permaculture cette année !
 

Photo source: https://annieroy.ca/

Photo source: https://annieroy.ca/

Mon carré potager version permaculture en quelques principes de bases :


Comme vous allez le voir, rien de perturbant, rien de contraignant … mais juste une remise à plat de nos gestes et apports afin d’agir au mieux.
 

Maintenir UNE TERRE  TOUJOURS COUVERTE


Pour économiser les arrosages, maintenir l’humidité et la vie au sol, protéger la vie bactérienne du et limiter la croissance des mauvaises herbes, la solution la plus simple et la plus durable consiste à pailler le sol.


Chez Gamm vert, vous trouverez toutes sortes de paillis organiques ou minéraux, que vous pourrez associer au fruit de votre travail de désherbage (en veillant à ne pas utiliser feuillages et branchages malades…).


Une fois le fruit de vos cultures récolté, il doit être tout de suite remplacé ! Et, pour plus de rendement encore, il conviendra de « faire tourner » les cultures afin de ne pas épuiser le sol.  Vous trouverez mes recommandations ici.
 

La permaculture dans un carré potager.

Choisir le bon substrat ET NOURRIR RÉGULIÈREMENT.


La saveur et le rendement des légumes est intrinsèquement liée à la qualité du sol qui leur donne le jour, car les nutriments sont puisés par les racines !
Alors, ne lésinez pas sur un substrat adapté et un apport de compost ou de fumure à l’automne pour régénérer le sol.
 

La permaculture dans un carré potager.

Illustrations:

Terreau potager Gamm vert (1). Pour le potager, ainsi que pour toutes les cultures en pleine terre et en pot. Support de culture NF U 44-551. 8,95 € le sac de 70 l.

Engrais fraisiers et petits fruits Gamm vert (1). Apporte les éléments nutritifs essentiels au développement de tous les arbustes à petits fruits (fraisiers, framboisiers, groseilliers, cassissiers, mûriers…). Engrais NF U 42-001. Engrais organo-minéral NPK 5-6-9 + 2 MgO. 4,95 € 
 la boîte de 800 g.

Corne et sang Gamm vert (1). À la plantation et en entretien, pour une nutrition rapide et durable. 17,50 € le seau de 4 kg. 

Limiter LES INTRANTS.


Vous pouvez aisément réaliser votre compost avec les déchets ménagers et les restes de légumes non utilisés…
Si l’espace vous le permet, la technique des « engrais verts » est idéale. On sème sur les parcelles laissées en jachère luzerne, trèfle incarnat, moutarde… , que l’on fauchera avant floraison et dont on enfouira « le foin » sur place.
N’oubliez pas, nos déchets ménagers comprennent environ 1/3 de déchets organiques. Composter, c’est réduire considérablement le poids de vos ordures quotidiennes.
 

Privilégier LA LUTTE BIOLOGIQUE.


Il n’y a pas que le joli rouge-gorge pour vous accompagner dans vos activités jardinières : les « petites bébêtes » sont également de la partie et se révèlent vos meilleures alliées.
Dans le vocable des jardiniers, coccinelles, abeilles, papillons, araignées, chrysopes, hérissons, et lézards sont communément appelés « auxiliaires » : les uns pollinisent, et les autres se délectent de limaces, d’escargots, de vers et de pucerons… 
Pour les recruter et les fidéliser, il vous faudra placer des hôtels à insectes, et élever et libérer des colonies bienfaitrices (coccinelles, nématodes…).
Vous verrez, la nature fait bien les choses, et cette « lutte écologique » vous épargnera bien des tracas et des déceptions sur vos récoltes !
 

Associer DES PLANTES COMPAGNES.


Malgré tous ces bons conseils, si vous avez le malheur de planter votre ail aux côtés de vos haricots, choux ou pois, aucun des trois ne verra le jour !
Eh oui, dans le jardin, c’est comme dans la vie, on peut être plus forts à plusieurs et ne pas plaire à tout le monde !
La technique la plus sûre pour s’assurer des récoltes gratifiantes est celle des plantes compagnes… Une plante dite « compagne » va favoriser le développement de ses voisines, en stimulant leur croissance et en attirant des auxiliaires, ou au contraire faire fuir certains prédateurs.
L’association la plus connue et la plus utilisée est l’œillet d’Inde avec les tomates.
 

La permaculture dans un carré potager.

1. Œillet d’Inde. 5,95 € la barquette de 6 plants.

2. Soucis. 3,95 € le pot de Ø 10,5 cm.

3. Ciboulette gamme bio Gamm vert. 5,95 € le pot de 1 l.

 4. Basilic grand vert gamme bio Gamm vert. 5,95 € le pot de 1 l.

5. Tomate cerise Gardener’s Delight gamme bio Gamm vert. 4,95 € la barquette de 3.

Respecter LA TERRE.


Le bêchage est à proscrire !
En effet, l’essentiel de la microfaune et des lombrics se concentrant dans les 10 premiers centimètres, une action en profondeur perturberait tout cet écosystème !
 

Réaliser SES SEMIS.


Dès les premiers frémissements du printemps, le jardinier revit ! Il retrouve enfin le plaisir du petit tour au jardin et profite des premiers rayons de soleil pour s’adonner à la préparation des semis. 
Pour les plus impatients, cela commence dès la mi-février, au chaud, mais, très vite, il faudra repiquer les jeunes pousses sous serre…
À partir du mois d’avril, on peut semer « en place », c’est-à-dire en pleine terre, dans le rang du potager.
Et là, tout un monde s’ouvre à vous : en fonction des variétés, il faudra semer en ligne en s’aidant d’un semoir (pour faciliter le respect des bons espaces entre chaque graine) ou d’un poquet (plusieurs graines à la fois).
Retrouvez les différentes techniques et le calendrier des semis au potager sur gammvert.fr.
 


Vous voyez … rien de bien compliqué … et même au contraire, votre travail au jardin en est facilité.
Prêt à démarrer l’aventure de la permaculture au carré potager ? C’est parti !

Rendez vous début avril pour une nouvelle théma, on va parler plantation pour un printemps fleuri avec Gamm vert.