Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
plaisir-jardin.com

plaisir-jardin.com

Menu
Ouvrir les portes des autres jardins, à la recherche de trésors perdus ?

Ouvrir les portes des autres jardins, à la recherche de trésors perdus ?

Vous le savez je suis passionné de roses, de rosiers et de leur histoire dans les jardins.

Une petite idée me trotte dans la tête depuis pas mal de temps ...

 

Dans notre bel Avesnois, les fermettes sont traditionnellement fleuries de beaux rosiers anciens et autres vivaces (pivoines, etc) qui permettaient de garnir les processions religieuses à Marie entre autres.

 

Il y a de nombreuses variétés anciennes de rosiers qui habillent fièrement les murs de briques et de pierre bleue pour mon plus grand bonheur au grès de nos flaneries campagnardes.

 

bergues sur sambre

Photo prise cet été dans le village voisin de Bergues sur Sambre (Thiérache - Aisne)

 

Mais voilà, l'agriculture traditionnelle disparait, les fermettes sont réaménagées en loft moderne, les vieilles batisses s'écroulent et au mieux ces rosiers se font étouffer par les ronces, au pire sont arrachés par les nouveaux occupants avides de plantes décos toujours fleuries et indemne d'entretien ou maladie.

 

Je me souviens que sur la route qui menait au cimetière du village de mon enfance, il y avait auprès d'une chapelle un rosier mousseux ancien rose, non remontant, au parfum incroyable. le pied devait bien avoir 50 ans et en repassant il y a un mois, il n'y est plus ... certainement arraché pour faciliter le passage de la route. Quel gachis ...

 

Le premier rosier que j'ai bouturé adolescent était un liane qui poussait au beau milieu d'une pâture. Il s'agissait d'un petit lopin de terre cultivé par une personne agée qui a disparut et redevenu patûre depuis. L'agriculteur évitait de faucher et protégeait des vaches la perle rare depuis plus de 30 ans.

Renseignement pris, c'est un 'American Pillar' et désormais il est chez mes parents, chez moi et une autre bouture garnie le mur de la fermette de l'agricultrice. Ici ce rosier aura toujours le nom de "rosier de Paulette".

 

Enfin bref, de nombreux autres rosiers anciens sont encore derrière les murs des jardins de notre région et j'aimerai qu'ils sortent de leur anonymat. De plus il y a peut être quelques pépites qu'on croit eteintes.

 

Donc voilà, existe t' il une association qui part à la recherche de rencontres des propriétaires de jardins afin de (re)découvrir ces vieilles variétés ? Celà existe en fruitiers, mais en rosiers ? 

Je ne cherche pas à rentrer dans un club "bobo" prétentieux et de "moi je me vente d'avoir ça" mais juste d'échanges, de partages en toute humilité ... après tout la star ce sont les rosiers et leur histoire.

 

Donc voilà, si vous avez connaissance de ce type d'association, pouvez vous me la communiquer ?

 

Si ce n'est pas le cas, je prendrai mon vélo et mon appareil photo et prochainement je partirai à la rencontre des portes qui voudront bien d'ouvrir à la recherche de l'histoire de ces belles qui se cachent derrière une cloture ou un muret oublié.

Je vous détaillerai les trouvailles sur le blog et je vous consulterai si une inconnue se présente à moi.

 

Je suis sur que j'y trouverai de nombreuses merveilles, et qui sait des liens d'amitiés.

 

Bon lundi à tous

 Rosier Veilchenblau 2

Rosier 'Veilchenblau' issu d'une vieille bouture dans la fermette voisine