La rosa x centifolia

  • David Henriet
  • Roses

Novembre est arrivée et une brume automnale a couvert les massifs de son manteau épais endormant ainsi roses et vivaces. Il est grand temps de reprendre le chemin du blog et de repartir à son essence: la présentation de roses afin de les découvrir voir redécouvrir.

Après les thèmatiques de roses galliques et roses moussues présentées ce printemps, je vous propose de partir à la rencontre des rosiers centfeuilles (rosa centifolia). Ce ne sont bien souvent pas les plus vigoureux, épais et expansifs du jardin mais leur cachet olfactif et historique est indéniable ... et il en mérite certainement pas de tomber dans l'oubli des roses turbinées aux teintes psychédéliques.

Une partie des sources de cet article provient du livre de Francois Joyaux "Nouvelle encyclopédie des roses anciennes"

Un peu d'histoire

L'origine des rosiers centfeuilles n'est pas vraiment connue, un temps considéré comme botanique, il est désormais plus vraisemblable de penser à un croisement complexe entre Rosa gallica, Rosa phoenicia, Rosa moschata et Rosa canina.

En tout cas l'origine ne vient pas du IVeme siècle avant JC malgré leur mention par le poète grec Théophraste, elle devait être une homonyme bien différente des premières vrai nominations en 1581 puis 1597.

Cette rose si esthétique se trouva dans de nombreux tableaux flamands du 17eme siècle ce qui lui donna encore plus de caractère et de prestige.

C'est au 19eme que le nombre de variété s'est accroît considérablement passant d'une vingtaine de variétés vers 1800 pour 120 cultivars dès 1828. Il faudra nuancer cette profusion par le fait que de nombreuses variantes et sports en font partie. De cette profusion de nouveautés, il ne reste aujourd'hui peu de chose car la mode qui les auréola jusqu'au milieu du 19eme la laissa bien vite retomber dans un semi-oubli et de nombreux cultivars disparurent.

On peut considérer qu'il y en eu plus de 2600 variétés et il n'en subsiste qu'une trentaine ! Rare sont celles qui voient encore aujourd'hui leur résurrection et on ne trouve que rarement de nouveaux croisements issus de rosiers centfeuilles. Le temps s'est il figé pour cette famille en 1850 ?

Rosa x  Centifolia - R. cent. foliacea - R. cent. crenata - R. cent. anglica rubra - R. cent. prolifera foliaceaRosa x  Centifolia - R. cent. foliacea - R. cent. crenata - R. cent. anglica rubra - R. cent. prolifera foliacea
Rosa x  Centifolia - R. cent. foliacea - R. cent. crenata - R. cent. anglica rubra - R. cent. prolifera foliaceaRosa x  Centifolia - R. cent. foliacea - R. cent. crenata - R. cent. anglica rubra - R. cent. prolifera foliaceaRosa x  Centifolia - R. cent. foliacea - R. cent. crenata - R. cent. anglica rubra - R. cent. prolifera foliacea

Rosa x Centifolia - R. cent. foliacea - R. cent. crenata - R. cent. anglica rubra - R. cent. prolifera foliacea

Caractéristiques

Assez proches des Rosa Gallinacea, la rose centifolia se distingue par un port tout de même moins érigé. Son développement est relativement restreint puisque l'arbuste mesure en général 1m20 à 1m50. D'ailleurs cette famille ne comporte pas de grimpants.

La plupart sont de teinte rose pâle, rarement blanche mais fréquemment fortement parfumées.

Plutôt résistante aux maladies sauf en situation confinée où quelques taches noires pourraient les parsemer.

La taille des arbustes est facultative mais donne un rosier plus homogène. Une taille après sa floraison en juillet est bénéfique et une taille "longue" (rabattre d'un tiers) donne une bonne vigueur au sujet si toutefois il n'est pas étouffé par d'autres rosiers ou vivaces envahissantes.

Feuillage juvénile bordé d'un liseré acajou

Feuillage juvénile bordé d'un liseré acajou

Les plus connus

Certains noms de légende pour les rosomanes en font partie comme 'Fantin Latour', 'Le rire Niais', 'Tour de Malakoff', 'Chapeau de Napoleon', 'Vierge de Clery'

Variantes

Les rosiers mousseux (voir chapitre sur ce lien) sont le plus souvent une variante des rosiers centfeuilles.

Maintenant que vous connaissez un peu mieux cette "famille", laissez moi vous présenter celle qui en est la mère:

Rosa centifolia

D'origine néérlandaise au XVIeme siècle elle a été rebaptisée au cours des siècles avec 'Rose à Cent feuilles', 'Rose Chou', 'Rose des jardins', 'Cabbage rose' (en Angleterre), 'Rose des jardins, 'Rose de Batavie', 'Rose de Holande', Rosa gallica 'centifolia', ...

Son parfum et le nombre de pétales froufroutantes en ont fait une reine des parfums et des jardins qui lui donnèrent sa popularité au XVIIIème.

C'est un rosier aux tiges fines assez désordonnées de 1m50 voir 1m80 se ployant sous son propre poids. De nombreux aiguillons irréguliers parsèment cette tige.

Le feuillage vert au reflet grisé assez mat est assez caractéristique. On observe un liseré brun autour des folioles sur le feuillage juvénile.

La fleur est bien double et aux grands pétales d'ailleurs plus courts sur l'extérieur de la fleur qu'au centre. Il n'y a pas ou peu d'étamines.

Le pédoncule n'étant pas très fort; la fleur plie légèrement sous son propre poids. Elle est en générale seule mais parfois en grappe de 2 voir 6 maximum.

La teinte d'une rose profond plus intense en son coeur prend un reflet liliacé à la fanaison.

Rosa x centifolia

arbustif-ancien.jpg

Autres noms: 'Rose à cente feuilles', 'Rose Chou', 'Cabbage rose', 'Rose des Jardins', 'Rose de Batavie', 'Rose de Hollande', Rosa gallica 'centifolia'                                    
Nom officiel:  Rosa x centifolia
Obtenteur: inconnu - Pays Bas
Année: XVIème siècle
Filiation inconnu, vraisemblablemnt hybride complexe de 4 botaniques
Type: ancien - centifolia
Résistance: moyenne
Parfum:  fort
Remontance: non
plus au jardin  

 

La rosa x centifolia
La rosa x centifolia

A l'occasion une nouvelle page pour cette famille de rosiers vient d'être créée, retrouvez la sur le lien ci dessous, elle sera prochainement complété d'une dizaine de variétés.

A bientôt

jacqueline. 01/11/2015 14:56

Merci David, j'adore les boutons ..J'ai récupéré dans mon jardin à la campagne, un rosier, qui monte à deux mètres, qui est inerme, les tiges rouges, les fleurs doubles chiffonnées qui embaument, dont les boutons ressemblent à ceux présentés ! Un bel inconnu...
Bises

David 01/11/2015 18:02

Oh oui ce sera un plaisir de chercher en tout cas.
Belle soirée

jacqueline. 01/11/2015 17:57

Je prendrai des photos en ...2016...et j'espère que quelqu'un pourra m'aider à l'identifier !

David 01/11/2015 15:34

Coucou Jacqueline,
les rosiers centfeuilles (comme les mousseux) ont de nombreux aguillons et ne montent pas en général si haut. Il a l'air très sympa ton rosier mystérieux
Bisesss

la luciole 01/11/2015 13:52

J'ai eu 'Fantin Latour' et 'Chapeau de Napoléon' : des merveilles!
"Le rire niais" en revanche, je ne suis pas sûre que le nom soit très vendeur!
*des bises, David et un doux dimanche*
Cécile

David 01/11/2015 13:56

Coucou Cécile,
comme ça "pas vendeur" hi hi ... ah non zut là ce que je viens de faire est un rire niais ;-)
Je ne sais pas si tu le connais mais c'est une belle rose à la forme en quartier vraiment ravissante
Plein de bisesss

françoise 01/11/2015 13:51

le retour des roses anciennes, odorantes et magnifiques!!
bises
françoise

David 01/11/2015 13:54

Bonjour Françoise,
oui je tiens à présenter toutes les sortes de roses mais je pense que pouvoir apprécier et connaitre les rosiers récents, il faut au moins pouvoir apprécier et connaitre les subtilités des variétés anciennes.
Belle fin de journée ensoleillée.

David Henriet© 2016 -  Hébergé par Overblog