Le rosier 'Omar Khayyam'

Ce n'est pas le plus connu des rosiers de Damas et on ne le croise pas couramment mais ce rosier ne mérite pas de tomber dans l'oubli.

 

C'est déjà un rosier à la belle histoire. Selon François Joyaux, un rosier a été découvert sur la tombe de l'illustre poète Persan Omar Khayyam mort au XII eme siècle.

 

 

Omar Khayyam - Source Wikipedia

Omar Khayyam - Source Wikipedia

Des graines de ce rosier furent envoyées de Nashipour vers les jardins botaniques de Kew (Angleterre) et de ces graines naquirent un superbe rosier de Damas qui fleurit pour la première fois en 1894.

Un exemplaire de ce rosier  fut planté près de la tombe de Edward Fitzgerald, le traducteur anglais qui fit connaitre cet éminent poète, à Boulge dans le Suffolk. Et c'est sur ce dernier que fut multiplié et propagé cette variété à partir de 1947-1950. Sans cela cette variété aurait certainement été éteinte.

 

 

Rosier de Damas 'Omar Khayyam' à la roseraie de Daniel Schmitz (Belgique)

Rosier de Damas 'Omar Khayyam' à la roseraie de Daniel Schmitz (Belgique)

Le rosier a un port érigé assez raide se ployant sous son propre poids de 1m à 1m20 et les tiges sont couvertes d'aiguillons.

 

Le feuillage vert clair limite glauque est relativement résistant.

 

La floraison non remontante n'est pas la plus parfumée de la famille mais offre un superbe frisotti de pétales autour d'un coeur en rosette.

Les longs sépales forment un superbe bouton.

 

Cette variété demande de la chaleur pour exceller, le rendu et la floraison seront optimales en région chaude et en emplacement dégagé et lumineux

Rosier Omar Khayyam

arbustif-ancien.jpg

Obtenteur:obtenue à Kew (Angleterre)
Année:1894
Type:ancien, arbustif, Damas
Résistance:mediocre
Parfum: moyen
Remontance:non remontant
visite jardin 

 

 

« Hier est passé, n’y pensons plus
Demain n’est pas là, n’y pensons plus
Pensons aux doux moments de la vie
Ce qui n’est plus, n’y pensons plus »

Dictionnaire des poètes renommés persans (trad. Mahshid Moshiri)

A noter: la bonne orthographe de Omar Khayyam a un accent grave sur le second A du nom mais la plateforme du blog ne connait pas cette lettre.

Lien vers une parution (en anglais) évoquant l'histoire de cette rose.

Retrouvez les autres rosiers de Damas, leur histoire et leur culture sur la page ci dessous:

alain 22/12/2016 08:48

Merci David pour cette enyclopédie des roses que tu constitues jour après jour. C'est une des références que je consulte avant chaque achat. Pour Omar Khayyam dont j'adore les poemes, ce sera peut-être pour le jour où j'aménagerai un jardin persan avec jets d'eau et roses parfumées. Inch Allah.

David 22/12/2016 12:04

Bonjour Alain,
les jardins Persans nous évadent et invitent au rêve ... je leur trouve beaucoup de poésie et rien que l'eau clapotant d'un jet est comme un quatrain chanté.
Belle semaine

Jacqueline. 21/12/2016 20:42

Ils sont beaux, ...un seul regret : avoir un petit jardin
Bonne soirée

David 22/12/2016 12:03

Bonjour Jacqueline,
je crois que même avec plusieur hectares on ne pourrait tous les posseder ... le tout est d'apprécier ce qui est à notre portée et profiter de ce qu'on peut croiser.
Belle semaine et joyeuses fêtes

David Henriet© 2016 -  Hébergé par Overblog