Etre à la hauteur de la tonte

  • David Henriet

Je ne suis pas accroc à la tonte de la pelouse, mais il faut avouer que c'est un des plus bels écrins qu'on peut proposer à ses massifs.  

Mais quand on a (la chance) d'avoir 2800m2 autour de la maison à entretenir, on doit se raisonner et se poser les bonnes questions.

Comment allier:

- l'esthétisme

- le minimum d'entretien

- une démarche écologique de jardinage différencié ?

 

Une tonte au "cordeau" au Jardin du Vasterival (76-Normandie)

Une tonte au "cordeau" au Jardin du Vasterival (76-Normandie)

Ici au jardin, c'est plutôt lâcher prise  ... prendre le temps de voir comment évoluent les graminées (et adventices) dans notre terrain humide.

Faire des tests de coupe plus ou moins haute, plus ou moins espacé ... au printemps, en été ... et s'apercevoir qu'on ne devrait pas faire forcément une technique mais de moduler en fonction de ses envies, ses possibilités et surtout de son environnement.

 

Nous avons donc pris le parti de raisonner la tonte en 3 zones:

- la moquette

Entre la roseraie et les massifs à l'anglaise, une longue bande de gazon rectiligne sépare le jardin pour aider à la transition.

Cette bande de 5m de large environ gagne à être nette pour donner de la cohérence au visuel du jardin.

Elle est donc tondue à la position 2 de la tondeuse régulièrement.

 

- la domestiquée

Tout autour des massifs de rosiers et vivaces mêlées, la tonte est aussi fréquente (quoique) mais un cran plus haut.

Ca me permet de garder un visuel de gazon vert tendre, un vrai faire valoir pour les photos, mais aussi de laisser apparaître les fleurs de trèfles pour le bonheur des abeilles et bourdons.

Etre à la hauteur de la tonte

- la prairie sauvage

En s'éloignant de la maison, le but étant d'estomper toute différence avec l'environnement limitrophe, j'ai voulu intégrer cet espace aux pâtures à foin et donc herbes hautes.

Je laisse donc les herbes et adventices s'élever et jouer avec le vent. Un simple chemin de tonte pratiqué 3 ou 4 fois par an et une zone latérale coupé à mi hauteur pour éviter que les tiges ne versent. 

Etre à la hauteur de la tonte
Etre à la hauteur de la tonte
Etre à la hauteur de la tonte

Cette dernière se révèle pour finir la plus riche en enseignements et découvertes malgré son absence d'entretien.

Découvrir une flore endémique surprenante, des semis spontanés se sauvant des massifs (et parfois considéré perdu dans les massifs originaux!) mais aussi une faune à l'aise dans ce biotope non perturbé: batraciens (grenouilles, crapauds, tritons), insectes (libellule, scarabées,...) et petits mammifères.

Et c'est sans parlé des reflets or et diamants offerts par les rayons de soleil rasants au crépuscule d'une journée de travail.

Etre à la hauteur de la tonte

Pour faire bref, oubliez la standardisation, oubliez les idées préconçues, observez, découvrez, innovez, ...
La tonte n'est pas une fatalité, pas un art borné de dogme ... et si vous en faisiez un art de vivre ?

Article publi-redactionnel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Maryline 13/09/2017 09:45

Faire de la tonte un art de vivre mais quelle judicieuse idée bien alléchante David. J'adore le banc romantique derrière les hautes herbes de l'avant dernière photo et revoir le Vastérival est toujours un plaisir. Bizzzh

David 13/09/2017 14:20

Coucou Maryline,
je vais essayer de poster un article sur le Vasterival cet hiver ... avec un peu plus de temps
Bisesssssss

maryse h 25/07/2017 18:42

Nous ( JL !!!) ne pratiquons que la deuxième et troisième option .Tu n'as pas mis de photo pour la première. J'adhère complètement à ton esprit "prairie en mouvement" .Je ne me lasse pas de prendre des photos.Par moment on se croirait en Afrique avec le soleil couchant. Belle fin de semaine David

David 25/07/2017 21:43

Coucou Maryse,
j'avoue que pour la 1ere j'ai eu honte face à la perfection du Vasterival ....
Très belle fin de semaine également
Bisessssssss

David Henriet© 2016 -  Hébergé par Overblog